Naître en Nouvelle-Zélande

Notre périple en Océanie s’est poursuivi par la découverte de la Nouvelle-Zélande pendant un mois.

Aussi appelé « Aotearoa », traduction maorie de « pays du long nuage blanc », ce pays est l’un des derniers territoires découverts par l’homme. Ce n’est qu’entre le VIIIe et le XIVe siècle que cette île a été découverte et colonisée par des populations polynésiennes qui y ont développé leur propre culture : la culture maorie. Les Colons européens n’y dèbarquèrent qu’en 1642. Indépendante depuis 1931, la Nouvelle-Zélande est une monarchie parlementaire membre du Commonwealth, peuplée de 4 700 000 habitants dont 15% de Maoris.

Le pays est géologiquement actif et se compose de 2 îles : celle du Nord à dominante volcanique et géothermique et celle du Sud à dominante montagneuse avec 18 sommets supérieurs à 3000 m.

La Nouvelle-Zélande, connue pour son rugby (qui ne connaît pas les All Blacks?) et ses kiwis (les oiseaux hein?!), recèle un trésor autre que ses paysages exceptionnels : son système de santé dédié à la maternité (pas étonnant puisque c’est le premier pays à avoir donné le droit de vote aux femmes en 1873).

L’indice de fécondité est de 1,99 enfants par femme. La mortalité infantile est de 4,10 pour 1 000 naissances. Le taux de mortalité maternelle est de 15 pour 100 000 naissances.

Les soins maternité reposent sur le système LMC (Lead Maternity Carer). La femme désigne ainsi le professionnel qui la suivra tout au long de la grossesse, l’accouchement et le post-partum. Parmi les 88% de femmes qui peuvent choisir leur praticien (celles qui ont une grossesse physiologique), 80%  font appel à une sage-femme. Dans ce cas, le gouvernement prend en charge les soins à 100%. Toutes les sages-femmes LMC sont répertoriées selon un découpage géographique via un site internet facile d’accès : www.findyourmidwife.co.nz . La femme choisit ensuite sa sage-femme en fonction de son projet de naissance.

Pour les 8% qui optent pour un gynécologue, les soins restent à leur charge (environ 2 000 €).

Le suivi de grossesse diffère sensiblement de celui en France. En début de grossesse la patiente consulte toutes les 5 à 6 semaines jusqu’à 28 semaines de grossesse puis tous les 15 jours jusqu’à 36 semaines et enfin toutes les semaines jusqu’au terme. Seulement 2 échographies sont obligatoires : à 13 SA et à 20 SA. Il n’y a pas de dépistage sérologique de la toxoplasmose. Les congés maternité diffèrent également : si la femme a travaillé plus de 10h/semaine sur les 12 derniers mois, l’employeur conserve son poste sans lui verser d’indemnités et elle reçoit environ 320€/semaine du gouvernement pendant au maximum 14 semaines.

Pour l’accouchement, les femmes ont encore une fois le choix (et oui…!) : l’accouchement à l’hôpital (pour une naissance plus médicalisée), en maison de naissances (birthcare) ou à domicile.

L’accès à l’analgésie péridurale n’est possible qu’à l’hôpital, mais peu y ont recours (exemple : seulement 3 % à l’hôpital de Rotorua).

Environ 5% des femmes optent pour l’accouchement à domicile.

Nous avons eu le privilège de visiter 2 maisons de naissances, celle d’Alexandra sur l’île du Sud (60 accouchements/an) et celle d’Auckland sur l’île du Nord (environ 300 accouchements/an).

 

Ces maisons de naissances sont accueillantes, confortables, calmes et l’on s’y sent vraiment comme à la maison… Les salles d’accouchements sont pourvues de baignoire à bulles et il est ainsi possible de donner naissance dans l’eau.

 

En cas d’urgence, tout le matériel nécessaire est présent mais dissimulé dans des armoires aménagées afin de créer une atmosphère sereine. Pour les anomalies survenant pendant le travail, les patientes sont transférées à l’hôpital le plus proche en ambulance ou en hélicoptère selon la proximité et l’équipe de garde intervient.

En ce qui concerne le post-partum, la durée de séjour est là aussi variable selon le souhait de la patiente et du contexte médical. Si l’accouchement a été physiologique, la patiente peut, soit retourner à domicile 4h après l’accouchement (avec suivi à domicile par la sage-femme LMC), soit rester en maison de naissance pendant 3 nuits (les patientes ayant accouché de façon physiologique à l’hôpital y sont transférées). La durée de séjour en cas de césarienne est de 3 à 5 jours. Il n’existe pas de pouponnière dans les maternités, les bébés restent exclusivement avec leur mère.

 

Lorsqu’il rentre à domicile, plus de 8 nouveau-nés sur 10 sont allaités par leur mère. Pas étonnant lorsque l’on sait que 96% des maternités ont reçu l’accréditation « hôpital ami des bébés ».

received_10210268429719834

La sage-femme LMC rend visite à la patiente six fois durant les 4 premières semaines du post-partum.

Les femmes Maories préfèrent se faire suivre par une sage-femme LMC d’origine maorie. En effet, toutes les Maories désirent inclure leur culture dans leur projet de naissance mais à différents degrés. C’est ainsi que les thérapeutiques par les plantes et par l’eau sont encore majoritairement utilisées. Au moment de l’accouchement, certaines de ces femmes décident d’adopter la position de leurs aïeules en se plaçant à genoux. Après la naissance, la patiente a le choix de récupérer le placenta pour l’enterrer chez elle dans le respect de la tradition. Les sages-femmes accordent beaucoup d’importance à la communication avec leurs patientes afin d’assurer un certain niveau de sécurité tout en appliquant des soins culturels.

Merci à toutes les personnes rencontrées pour leur bienveillance et leur accueil, et tout particulièrement à Sue, Lesley et Jane, des supers sages-femmes LMC!

Rendez-vous en Amérique du Sud où « Tout Feu Tout Femme » va devoir redoubler d’efforts et apprendre l’espagnol! Hasta luego!

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Naître en Nouvelle-Zélande

  1. Je viens de découvrir votre blog. Merci pour le partage d’expérience c’est super intéressant!! Étant moi-même sage-femme je trouve votre aventure juste fantastique! Merci merci merci

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s