Naître en Australie

L’Australie, l’un des pays les plus éloignés de la France, est le rêve de beaucoup de personnes. Nous avons eu la chance d’en découvrir une partie. Cette « île continent » a une superficie 14 fois plus grande que la France et compte 6 États et Territoires. Nous en avons traversé 2 : le Victoria et le New South Wales.

Les premiers habitants d’Australie étaient les aborigènes, arrivés il y a au moins 40 000 ans. Le débarquement des Colons, au XVIII siècle, a malheureusement entraîné une mise à l’écart de cette population dans la société. De nos jours, ils sont encore présents sur le territoire mais en nombre minoritaire. La population australienne a plus que doublé depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale et, depuis 2016 le pays vient de dépasser les 24 millions d’habitants.

L’espérance de vie est de 82 ans. L’indice de fécondité est de 1,77 enfants par femme. La mortalité infantile est de 3,8 pour 1000 naissances. Le taux de mortalité maternelle est de 6 pour 100 000 naissances.

20161223024201

En Australie, le suivi de grossesse est relativement proche de celui de la France. La femme enceinte consulte un professionnel de santé tous les mois mais le suivi est plus rapproché en fin de grossesse (10 consultations au total). Il n’y a pas de toucher vaginal pendant la grossesse. Le dépistage de la toxoplasmose n’est pas mensuel et ne se fait qu’en cas de risque de séroconversion. La recherche de Streptocoque B  est également pratiquée en Australie à 37 SA. Le terme est fixé à 40 SA et étonnamment il n’y a pas plus de déclenchements pour terme dépassé.

La patiente a le choix d’être suivie par un gynécologue, une sage-femme, ou un « general practioner » (médecin généraliste australien).

La préparation à la naissance est plus personnalisée (les séances individuelles sont plus répandues).  Le choix des modalités d’accouchement est très respecté en Australie. La femme peut décider d’un accouchement médicalisé à l’hôpital, ou plus naturel en Maison de naissances (Birthing Centre) ou encore à domicile (homebirth), accompagnée d’une sage-femme libérale en accord avec ces pratiques. Les soins en hôpitaux privés sont très honéreux (5000 à 8000 dollars australiens).

Lors de notre séjour, nous avons visité le Royal Hospital for Women à Sydney.

20161223030805

Il s’agit d’un hôpital public de niveau 3 où naissent environ 4200 bébés chaque année. Le taux de césarienne est de 34% (césarienne quasi systématique pour les utérus cicatriciels). L’atmosphère y est incroyablement calme. Nous avons découvert le côté hôpital et le côté maison de naissances de l’établissement. Le matériel est semblable au matériel utilisé en France. Pendant le travail, le monitoring n’est continu seulement qu’en cas d’anesthésie péridurale. Les patientes ne sont pas examinées toutes les heures, mais uniquement en cas de besoin. Il y a une salle de bains par salle d’accouchements. Côté maison de naissances, une pièce chaleureuse pourvue d’un lit 2 places et d’une décoration cosy. Il y a possibilité pour les patientes qui le souhaitent d’accoucher dans l’eau.

 

Les grandes différences avec la France sont : le taux de péridurale de 50% (pas de bilan sanguin nécessaire), pas de pose de voie veineuse d’abord systématique (délivrance dirigée faite en IM), aspiration oro-pharyngée du nouveau-né au besoin, pas de désinfection occulaire. Certains soins restent au choix des parents : l’administration de vitamine K en prévention des hémorragies néonatales ou la vaccination du nouveau-né contre l’hépatite B à la naissance par exemple.

Plusieurs options possibles pour les suites de couches : retour à domicile 4h après un accouchement physiologique avec la visite quotidienne d’une sage-femme hospitalière ou séjour de une nuit ou séjour de 3 jours, en fonction des besoins médicaux et personnels de chaque patiente. En cas de césarienne la durée d’hospitalisation est de 4 jours. Pendant le séjour de suites de couches, des « group class » (réunions d’information) sont organisées, concernant l’allaitement, la puériculture et le retour à la maison. Le choix de l’allaitement maternel est quasi unanime (pour 98% des patientes). De nombreuses associations pour l’allaitement maternel sont très actives. Et après 3 mois, 60% des femmes allaitent encore.

 

Nous avons également eu le privilège de rencontrer Jane Palmer, sage-femme libérale et conseillère en lactation, exerçant à Sydney, avec qui nous avons eu une discussion passionnante sur le métier de sage-femme en Australie. Elle effectue un suivi global comprenant les accouchements à domicile. Cela est possible grâce à une collaboration étroite avec les hôpitaux les plus proches. Plus de 95% de ses patientes accouchent de façon physiologique et 100% allaitent. Si vous voulez en savoir plus, voici son site :  www.pregnancy.com.au 

De moins en moins de sages-femmes pratiquent l’accouchement à domicile du fait de problèmes d’assurances. Cela entraîne un essor d’accouchements non assistés (« free birthing ») seulement accompagnés de doulas. Nous ne soutenons bien évidemment pas ceci étant conscientes des risques inhérents à un accouchement.

Deux possibilités existent pour devenir sage-femme en Australie : 4 années d’études ou 18 mois d’études supplémentaires après le diplôme d’infirmière.

Lors de notre visite au Royal Hospital for Women, nous avons remarqué l’existence d’une unité nommée « Malabar Midwives », spécialisée dans le suivi des femmes aborigènes… Nous avons voulu en savoir plus sur ce peuple… Alors rendez-vous dans un prochain article  😉

_20170110_054502

 

Merci à Anne Lainchbury et Jane Palmer pour leur accueil chaleureux.

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Naître en Australie

  1. Je vis egalement en Australie (Queensland), article tres interessant pour moi qui pense a tomber enceinte bientot ! Merci beaucoup 🙂

    Hate de lire votre prochain article pour decouvrir la difference des « Malabar Midwives » avec des sage-femmes occidentales : les accouchements sont-ils vraiment si differents que ca ?

    J'aime

  2. Buenas

    Que tiempo has dedicado a tremendo a porte y hay muchas información que no sabía que
    me has aclarado, esta espectacular.. te quería agradecer el periodo que dedicaste, con unas
    infinitas gracias, por enseñarle a personas como yo
    jajaja.

    Saludos

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s